Jeux en ligne et fichier positif : l’État face au surendettement

L’État français joue une curieuse valse autour du surendettement. D’abord le Parlement a définitivement adopté, le 6 avril, l’ouverture des jeux en ligne. Or les personnes qui souffrent d’une addiction au jeu se retrouvent presque toujours en situation de surendettement. Faut-il favoriser cet accès aux jeux d’argent, et donc aux risques d’addictions avec ses conséquences ?

 

Jeux en ligne et fichier positif

D’un autre côté, le gouvernement fait une timide avancée en matière de surendettement: la ministre de l’Économie Christine Lagarde a défendu 3 jours plus tard l’instauration du fichier positif. La création d’un registre national de l’endettement des ménages, qui recenserait l’ensemble des crédits accordés aux particuliers, est un outil fort pour lutter contre le surendettement.

 

Dommage que cette décision soit assortie d’un frein: la ministre en a refusé l’installation immédiate, la repoussant de 12 mois minimum. L’excès de crédit intervient dans 15 % des cas de surendettement, qui ont eux-mêmes augmenté de 17% au cours de l’année. Plutôt qu’à une valse, ces décisions font davantage penser à une danse connue: « un pas en avant, deux pas en arrière ».

Le surendettement concerne actuellement plus de 750.000 foyers.

 

Qu’est-ce que

Priorité
à la Personne

En savoir plus