Les handicapés dans la société

19 septembre 2011

/ /

Un minimum d’histoire est essentiel pour comprendre la prise en compte des handicapés dans la société française. C’est ce qu’explique Jean-Louis Leduc, directeur de l’APAJH Sarthe-Mayenne.

 

Dans les années 60 et 70, le pouvoir public s’est retrouvé face à nouvelle mission, « sans savoir comment faire ». Trois associations principales se sont engagées dans cette délégation de services publics. L’UNAPEI, l’APF et l’APAJH. Cette dernière, créée en 1962 et présente dans 86 départements, décline son activité entre un combat associatif et militant qui veille à la défense des droits et des intérêts des personnes en situation de handicap et une seconde mission de gestion d’établissements et de services.

 

A côté de ces trois associations, des établissements gérés par le secteur public et rattachés aux hôpitaux ainsi qu’une multitude de petites structures, tentent d’apporter une réponse aux besoins en évolution des personnes handicapées. La situation budgétaire actuelle de l’Etat à travers l’agence régionale de la santé et des conseils généraux n’aide pas à la création de nouveaux services mais les budgets ne subissent pas de restrictions sur ce qui existe déjà.

 

« Le temps de création de nouvelles structures est forcément long, explique M. Leduc. Il faut compter un ou deux ans pour ouvrir un nouveau foyer. En temps réel, il n’y a pas d’adéquation possible entre les places et les demandes. » Un des vrais challenges auquel sont confrontés les conseils généraux depuis les années 1990-2000 est notamment la prise en charge des handicapés retraités. « Il ne doit pas y avoir de rupture dans l’accompagnement », pointe M. Leduc. L’APAJH a crée un premier foyer de vie de 30 places en 2009 dans la Sarthe. Il est plein.

 

Mais la problématique principale de la place de la personne handicapée, citoyen à part entière, repose plus sur des questions culturelles :

 

Qu’est-ce que

Priorité
à la Personne

En savoir plus