Babyloan, un projet de microcrédit solidaire

Si la web-sphère est reconnue pour sa fabuleuse capacité à créer du lien, elle l’est beaucoup moins pour son apport à la solidarité entre les personnes. Grâce à Babyloan, en seulement trois ans, ce sont pourtant 16.500 internautes qui ont soutenu plus de 9.000 micro-entrepreneurs et leur ont permis de sortir d’une situation de grande précarité.

 

Le microcrédit solidaire est une petite révolution de l’outil financier. Prêter une très faible somme d’argent peut permettre à des personnes de bouleverser leur vie, de les conduire enfin au bonheur. Arnaud Poissonnier, fondateur de Babyloan en 2008, n’est pas le genre de personnes à se positionner sous le feu des projecteurs. Il n’a rien inventé. « Je suis tombé par hasard sur la présentation du site Kiva en lisant le Courrier International. Le site de microcrédit sur le web avait deux ans d’expérience. J’ai repris l’idée géniale des Américains et je l’ai développée chez nous. »

 

Bingo. Quinze jours avant la faillite de Lehman Brother, Babyloan fait son apparition sur la toile. Aujourd’hui, le site enregistre un prêt toutes les dix minutes. Trente nouvelles adhésions par jour. 3.250.000 euros en trois ans. C’est le premier site européen de microcrédit solidaire. Concrètement, chaque internaute que nous sommes peut parrainer un micro-entrepreneur en lui prêtant une vingtaine d’euros minimum pour qu’il développe son activité. Chaque mois, l’internaute est remboursé et peut suivre l’évolution du projet soutenu. Il peut ensuite récupérer son argent ou parrainer un nouveau micro-entrepreneur.

 

C’est un moyen exceptionnel de briser la logique de l’assistanat, d’officialiser foule de petits boulots au noir, et surtout de promouvoir la dignité humaine. L’énorme crise que nous traversons ayant entraîné un rafraichissement bien réel de nos banquiers, cette nouvelle forme de solidarité explose dans sa force de levier économique pour les habitants des pays en développement mais aussi pour beaucoup de Français souhaitant créer leur petit business. Cet outil social demande toutefois un certain encadrement pour ne pas devenir un piège portant les bénéficiaires à se surendetter.

 

Pourquoi 26% de taux d’intérêt, ce n’est pas si cher ?

 

80% de la population mondiale n’a pas de compte bancaire et 90% n’a aucun accès au crédit. Une fois ce paysage dessiné, on comprend mieux que les usuriers se frottent les mains. Et que le microcrédit ne profite pas de la pauvreté des personnes  mais apporte bien une solution au développement économique.

 

 

Crédit photo : Site internet de Babyloan

 

Qu’est-ce que

Priorité
à la Personne

En savoir plus