Nora Berra s’engage pour une meilleure reconnaissance des aidants

23 avril 2010

/

Secrétaire d’Etat chargée des aînés, Nora Berra est largement intervenue lors des Assises Nationales de proximologie qui se sont déroulées le 7 avril à Paris. Elle y a évoqué la place de l’entourage des malades dans notre système de santé, une question qui touche plus de 3 millions de personnes en France.

Nora Berra

Cette mobilisation inédite a permis de formuler 10 recommandations concrètes pour faire avancer le statut des aidants: généraliser les outils d’évaluation et de suivi de l’accompagnement ( en terme de ressources, situation, prévention des risques, etc.), améliorer l’accès à l’information pour les proches, développer des espaces de formation, encourager les initiatives nationales de nature à favoriser la reconnaissance du rôle des proches dans la société, etc. Ces recommandations ont pour but de lutter contre la détresse des aidants, souvent épuisés et financièrement fragiles .

Nora Berra a de son côté annoncé sa volonté d’instituer une journée nationale des aidants pour mieux reconnaître et valoriser leur action. Elle s’est également engagée à lancer une réflexion en vue de définir un statut des aidants bénévoles, à sensibiliser les professionnels de santé à la place de l’aidant dans le cadre de leur formation et à mettre en place le «balluchonnage», qui permet à un intervenant à domicile d’accompagner une personne âgée ou malade pendant l’absence de l’aidant familial.

Les aidants familiaux ne doivent pas devenir les deuxièmes victimes de la maladie d’un proche

Dans son discours, la secrétaire d’Etat aux aînés a insisté sur la délicate position des aidants:

« L’aidant familial par son dynamisme, son dévouement et sa patience est un pilier essentiel pour le quotidien du proche. Mais trop souvent, certains s’investissent tellement qu’ils oublient de penser à eux. Ils courent alors le risque de s’épuiser et de mettre en danger leur santé. Ils ne doivent pas être les deuxièmes victimes de la maladie.

En tant que Secrétaire d’État chargée des aînés, il me tient aujourd’hui à cœur de lutter notamment contre ce sentiment de forte culpabilité que peuvent éprouver les aidants lorsqu’ils n’arrivent pas à faire face à telle ou telle situation, ou quand ils laissent leur parent dans un accueil de jour ou un accueil temporaire. Alors que c’est fondamental pour eux, pour leur propre santé. »

Sur le blog: lire le témoignage de Martine, sur la difficulté de trouver une aide à domicile

Qu’est-ce que

Priorité
à la Personne

En savoir plus