Fondation Abbé Pierre : Le rapport 2013 sur l’état du mal-logement en France

5 février 2013

/

En attirant l’attention sur les « familles fragiles », la Fondation Abbé Pierre souhaite mettre en lumière, dans son rapport annuel sur le mal-logement en France, deux évolutions distinctes mais également préoccupantes : La première est due à la crise du logement qui déstabilise les familles ; la seconde est liée à la profonde mutation des structures familiales, qui élargit le cercle des ménages ex­posés au mal-logement et en fait apparaître de nouvelles manifestations.

Les familles sont fragiles parce qu’elles supportent de plein fouet les effets de la crise du logement. Cette crise contraint fortement leurs choix résidentiels en freinant notamment les jeunes à s’installer en couple, en empêchant l’autonomisation des membres de la famille et en compromettant des projets conjugaux et familiaux (nombre d’enfants par couple limité). La situation est encore plus difficile quand les familles sont confrontées aux trois évolutions concomitantes.

Les transformations des familles, qui se sont accélérées au cours de la dernière décennie, sont radicales. Appelées à se poursuivre, elles ont d’abord pour effet d’augmenter le nombre de ménages (familles monoparentales ou personnes isolées, séparation) et, par là, les besoins en logement. Mais elles contribuent aussi à modifier en profondeur le rapport au logement, créant de nouvelles fragilités qui s’ajoutent à celles relevant des évolutions économiques (montée du chômage, diffusion des emplois précaires, augmentation de la pauvreté).

Pour en savoir plus :  lire l’analyse détaillée dans le chapitre 3 du rapport

Qu’est-ce que

Priorité
à la Personne

En savoir plus