Financement de la dépendance : à quel prix ?

La ministre des solidarités Roselyne Bachelot-Narquin confirme l’engagement de l’Etat sur la question de la dépendance pour 2011. Mais la problématique du financement de la dépendance reste entière.

Financement de la dépendance : à quel prix ?

Interrogée par France Info sur la dépendance, Roselyne Bachelot-Narquin a indiqué qu’une consultation est prévue pour le 1er septembre 2011, et qu’au cours de ce débat citoyen : « nous devrons nous pencher sur le sort des plus fragiles. En premier lieu, les familles qui ont des frais importants à supporter […] Issues des classes moyennes à revenu modeste, elles ne bénéficient pas massivement des aides et ne sont pas concernées par des dispositifs d’exonération fiscale et sociale », indique la Ministre. Cependant, aucune solution concrète concernant le financement de la réforme de la dépendance n’est aujourd’hui apportée par le gouvernement.

Estimé à 30 milliards d’euros, le financement de la dépendance fait débat sur la scène politique, et la répartition entre fonds privés et publics partage l’opinion. Certains prônent l’assurance privée obligatoire, d’autres suggèrent l’abandon d’un jour de congé pour financer la réforme. Autre piste souvent évoquée, le rééquilibrage de la CSG des retraités sur le taux des actifs. Plus discutable, l’hypothèse a été évoquée de supprimer l’APA pour la remplacer par un autre dispositif : couvrant à la fois les bénéficiaires actuels et les retraités en situation de dépendance lourde, cette nouvelle aide réduirait de moitié le nombre de personnes bénéficiaires actuels de l’APA.

Gageons que l’avancée sociale en la matière, doit se faire au bénéfice de toutes les personnes concernées !

A lire sur Priorité à la personne : Réforme dépendance : « c’est le modèle de solidarité qui est en jeu ! »

Qu’est-ce que

Priorité
à la Personne

En savoir plus