Coût de la santé : les mutuelles marquent une pause

24 septembre 2013

/

La ministre de la santé, Marisol Touraine, ayant annoncé qu’il n’y aurait pas de nouvelles taxes ni de nouveaux déremboursements en 2014, les tarifs des mutuelles ne devraient augmenter que de 2,5 % à 3 % l’an prochain, marquant un arrêt « après les hausses importantes connues ces dernières années ». Etienne Caniard, président de la Mutualité française, s’explique dans une interview aux Echos, publiée le 24 septembre :

« L’évolution moyenne du prix des contrats sera celle des dépenses de santé. Cela dit, les prix sont généralement lissés sur plusieurs années. Aussi, certaines mutuelles qui avaient choisi de relever fortement leurs tarifs ces dernières années devraient pouvoir supporter la hausse des dépenses de santé. D’autres qui avaient fait l’effort de contenir leurs prix devraient au contraire la répercuter. »

Favorable à la généralisation du tiers payant, M. Caniard reconnaît qu’il faudra résoudre des questions techniques, plus de 300 mutuelles devant rentrer dans la boucle. Cette mesure sera mise en place dès 2014 pour les personnes aux revenus modestes bénéficiaires de l’aide à la complémentaire santé. En 2017 pour tous les Français.

Contrats santé responsables et généralisation de la complémentaire santé

Concernant les contrats santé responsables, qui bénéficient d’une fiscalité plus favorable, le président de la Mutualité française approuve également le durcissement des critères à respecter que souhaite mettre en place le gouvernement :

«Il faut s’assurer que les contrats assurent un bon niveau de prise en charge pour les patients sans pour autant faire monter les prix. On ne peut pas tout rembourser systématiquement si on veut maîtriser la dépense et la somme qui reste à la charge des patients. Il faut fixer des limites. Dans l’optique, les complémentaires ont fortement amélioré leur niveau de prise en charge ces dernières années, mais les prix ont augmenté encore plus vite. Au final, la facture des lunettes pour les assurés ne cesse de s’alourdir. Que ce soit pour l’optique, les soins dentaires ou encore les dépassements tarifaires des médecins, le système actuel ne fait que nourrir l’inflation. »

Quant à l’accord sur la sécurisation de l’emploi prévoyant la généralisation de la complémentaire santé dans le monde de l’entreprise, il ne suffit pas :

«Cela va certes améliorer la situation individuelle des 4 millions de personnes qui ont un contrat individuel non aidé et qui vont bénéficier d’un contrat collectif avec financement de leur employeur. Mais sur ces 4 millions de salariés, seuls 400.000 n’avaient pas de complémentaire. Pour les 6 % de Français qui n’ont pas de mutuelle, la généralisation reste à faire. »

A lire également : ANI : Après la décision du Conseil constitutionnel sur la généralisation des complémentaires santé, par Serge Bizouerne

Crédit photo : 401(K) 2013 sur FlickR (CC BY-SA-2.0)

Qu’est-ce que

Priorité
à la Personne

En savoir plus