Les Amis de l’Avenir : sans toit on n’a pas d’adresse

31 janvier 2011

/

Un toit pour permettre aux familles de rebondir dans la vie. C’est le combat que mènent les bénévoles de l’association « Les Amis de l’Avenir » à Antony (92). Cette association est devenue, depuis un an, Antenne des Hauts-de-Bièvre d’Habitat et Humanisme. Pourquoi ? Tout simplement pour être beaucoup plus efficace.

Vice-président de l’association,  Pierre Maréchal a accepté de nous livrer son regard sur le mal logement.

Les Amis de l’Avenir : sans toit on n’a pas d’adresse
La campagne « Une clé pour les mal-logés »
La campagne « Une clé pour les mal-logés »

Au début, il décide de filer un coup de main pour améliorer la communication des « Amis de l’avenir ». Désormais à la  retraite il peut s’impliquer davantage. Et puis, il connaît bien le logement, c’est un sujet sur lequel il a étudié lorsqu’il travaillait au CREDOC. De fil en aiguille, son engagement le conduit à la vice-présidence de l’association :

« Sans toit, on n’a pas d’adresse ! Un toit, c’est vraiment la première condition pour exister socialement. C’est la première réponse que nous apportons à des familles qui n’en ont pas et qui ne peuvent en avoir un avant longtemps.

Trouver des logements que l’on peut leur louer à des conditions acceptables est déjà une tâche qui demande beaucoup d’énergie et de professionnalisme »

Dans de telles situations d’urgence, l’essentiel est aussi d’accompagner les personnes :

« La fonction d’accompagnement est primordiale ! Les familles que nous rencontrons sont dans des situations catastrophiques, il y a beaucoup de femmes seules avec des enfants, qui ne peuvent pas être hébergées par leur famille (ou ont été rejetées) et qui se retrouvent dans des situations de précarité. Certains arrivent sans aucun revenu, et il faut les aider à se loger, mais aussi à se fournir en meubles… parfois même il faut leur donner de quoi manger… Ce ne sont pas des SDF, mais la frontière est mince ! »

Trouver le logement pour les familles que les services sociaux nous adressent c’est la première étape. Mais l’association va plus loin : on aide les familles à s’y retrouver dans le maquis administratif, à se diriger vers les missions emploi, à trouver du travail. Elles ont trop de problèmes à la fois pour y arriver seules, alors nous, on les aide ! Parfois c’est aussi juste discuter, être là pour les appuyer, partager leurs difficultés. »

Quand on demande à Pierre Maréchal ce qui ne va pas dans le système actuel, son constat est sans appel :

« La solution logique ce serait les HLM, mais il y a un double problème : d’abord les gens n’ont pas de quoi payer les loyers… et il n’y a pas de places !  Quand les gens rentrent dans les HLM, ils n’en sortent pas, tout simplement parce que la différence de loyer entre les HLM et les autres logements du marché privé est telle qu’ils ne peuvent envisager de les quitter. Le système est bloqué. »

Et pour faire bouger les choses ? évidemment, au niveau d’une association, la portée ne peut être que modeste :

« Il faut avancer en menant deux actions complémentaires :

–  loger et accompagner. cette pratique est très riche d’enseignements sur ce qu’est la pauvreté aujourd’hui, la situation bloquée du logement, les problèmes pour construire… Cette confrontation, si on la mène avec rigueur évite de tomber dans le simplisme !

–  être témoin , informer, expliquer ce qui se passe au-delà des grands chiffres que tout le monde connaît : le mal-logement est à votre porte ! En espérant que les politiques finiront par considérer que c’est une priorité et prendront les moyens pour apporter de vrais solutions»

A lire sur le thème du logement : L’Etat et le logement social : une politique qui dérange

Qu’est-ce que

Priorité
à la Personne

En savoir plus