Parlons travail : plus de 140 000 répondants à l’enquête sur le travail

23 novembre 2016

/ /

La CFDT voulait remettre les questions liées au travail au cœur des débats de société, en leur donnant une dimension plus humaine. Le syndicat a donc lancé au mois de septembre dernier « Parlons travail », une vaste enquête en collaboration avec Libération et Viadeo sur le ressenti des Français à l’égard de leur quotidien professionnel. Les résultats provisoires sont consultables en temps réel.

 

parlons travail : une enquête de la CFDT sur le monde du travail

 

Tout est né d’une expérience similaire, « Génération Quoi », lancée en 2013 par France Télévisions et destinée aux adolescents et jeunes adultes. Avec 360 000 répondants et près de 40 millions de questions répondues, le questionnaire en ligne rencontre un tel succès qu’il débouche sur un travail sociologique permettant de dresser un vaste portrait-robot de la jeunesse, et une version européenne en cours d’exploitation. C’est cela qui a donné l’idée à la CFDT de reproduire ce programme sur la question du travail. Avec la même volonté de toucher un public très large.

L’enquête « Parlons travail » examine tous les thèmes possibles : temps de travail, harcèlement, syndicalisme, mal-être, pénibilité, carrière, ambiance, hiérarchie, évaluation…  « Le but de ce projet est de montrer qu’on peut proposer des dispositifs de démocratie directe, issus de la société civile, où l’action de l’internaute n’est pas de dire juste s’il aime ou s’il n’aime pas. On lui propose un engagement de plus de quinze minutes à réfléchir sur lui-même, à se comparer aux autres et à poser les bases d’un débat public autour de la question du travail. Avec à la clé, très certainement, beaucoup de clichés qui vont voler en éclats», explique Alexandre Brachet d’Upian.

 

Idée reçue n°1 : les Français n’aiment pas leur travail

 

Faux! 83% des personnes qui se sont exprimées sur le site parlonstravail.fr affirment qu’elles aiment leur emploi. Plus de la moitié d’entre elles (52%) pointent également qu’elles n’ont pas la sensation de « perdre leur vie à la gagner » en se rendant chaque jour au travail.

En affinant l’enquête sur le rapport à la hiérarchie par exemple, les résultats provisoires amènent cependant à se poser quelques questions. Quelques exemples :

« Ma hiérarchie nous prend pour… »

  • 7 % : Des abrutis sur qui il faut aboyer
  • 18 % : Des suspects qu’il faut avoir à l’œil
  • 41 % : Des collaborateurs, simplement
  • 27 % : Des gens responsables avec qui elle fait le point
  • 6 % : Des gens précieux qui comptent et qu’elle respecte

Clémentine, infirmière : « Des responsables avec qui elle fait le point ? C’est ce qu’il faudrait. Il se passe des choses bien à l’hôpital. Faire le point sur « ça, c’est bien », « ça, ça ne marche pas », cette information, ils ne la cherchent même pas. La seule chose qui leur importe, c’est de faire des économies. On dirait qu’ils ont le couteau sous la gorge. »

 

« Dans ma boîte, les salariés sont souvent plus lucides sur la réalité de l’entreprise que la plupart des dirigeants… »

  • 4 % : Pas du tout d’accord
  • 20 % : Plutôt pas d’accord
  • 48 % : Plutôt d’accord
  • 27 % : Tout à fait d’accord

L’enquête en ligne « Parlons travail » est ouverte à tous, et devrait prendre fin en décembre.

 

Sources : https://www.parlonstravail.fr/

Qu’est-ce que

En savoir plus