Les préoccupations des moins de 35 ans en matière d’emploi – Une enquête DOMPLUS/BVA

1 février 2018

Depuis 2011, DOMPLUS publie, en partenariat avec BVA, un baromètre qui habituellement décrit les préoccupations des français. En effet, DOMPLUS recueille depuis 18 ans, les besoins et les attentes des personnes accompagnées par ses services (plus de 15 millions de personnes couvertes). Il s’agissait donc de vérifier le poids de ces attentes/besoins dans la population française globale.

Cette année, DOMPLUS et BVA, en partenariat avec La Tribune et BFM Business, ont décidé de faire une enquête ciblée plus spécifiquement sur les préoccupations des jeunes actifs car nos services accompagnent de plus en plus de salariés.

Sur les trois dernières années, DOMPLUS a multiplié par 2,5 le nombre de salariés accompagnés. Aujourd’hui, 5 millions d’actifs peuvent bénéficier de nos services d’accompagnement.

Or, ce développement de services aux actifs a permis de faire ressortir un certain nombre de spécificités chez les jeunes salariés, spécificités dont il nous fallait mesurer le poids parmi la population globale des jeunes français.

  • Voici quelques-unes des observations qualitatives en question :

Un écart de perception du travail chez les jeunes : seuls 47% des moins de 35 ans considèrent que leur vision de la vie professionnelle est proche de celle de leurs collaborateurs plus âgés, collègues comme employeurs.

Cet écart de représentation du travail chez les jeunes s’exprime notamment par une volonté très forte de préserver un équilibre entre vie privée et vie personnelle. Les moins de 35 ans se montrent encore plus exigeants que leurs aînés sur la nécessité d’une séparation entre ces deux mondes. Pourtant, si 88% d’entre eux jugent indispensable d’établir une frontière entre vie personnelle et vie professionnelle, ils sont 56% à juger difficile d’y parvenir.

84% des moins de 35 ans estiment également qu’il est important que leur employeur prenne en compte leur vie personnelle…mais uniquement 55% jugent que leur entreprise prend bien en considération le poids de leurs contraintes personnelles. Compte-tenu de ce décalage entre leurs attentes et la « réalité de terrain », on note logiquement de fortes attentes à l’égard de l’implication des entreprises. 79% d’entre eux considèrent qu’un employeur doit être en mesure de proposer des services pour préserver la santé de ses salariés (dont 82% de femmes) et 60% pour les aider à concilier vie personnelle et vie professionnelle (dont 74% de cadres).

Qu’est-ce que

Priorité
à la Personne

En savoir plus