Portrait inquiétant de l’étudiant français : stressé, déprimé et épuisé

20 janvier 2014

/ /

La grande enquête de l’Observatoire national de la vie étudiante rendue publique fin 2013 n’est pas réjouissante. 53 % des étudiants ont ressenti du stress et/ou se sont sentis déprimés dans la semaine précédant leur réponse, et 37 % jugent que leur état de santé est « pas, peu ou moyennement satisfaisant ».

 

L’OVE – Observatoire national de la vie étudiante – est un organisme public d’études et de recherche créé en 1989. Il a pour mission de donner une information la plus complète, détaillée et objective possible sur les besoins et les aspirations de la population étudiante tant en ce qui concerne le déroulement des études que les conditions de vie matérielle, sociale et culturelle de cette population afin d’éclairer la réflexion politique et sociale. Tous les trois ans, il mène ainsi une large enquête. En 2013, ce sont plus de 200 000 étudiants qui ont été invités à répondre au questionnaire et près de 51 000 d’entres-eux qui ont donné leur avis. Pour cette 7ème édition, 41 000 questionnaires, entièrement remplis, ont pu être exploités.

 

Stress et déprime pour plus de la moitié des étudiants, épuisement (39%), solitude et isolement (26%)… Les plus touchés sont ceux qui doivent cumuler un travail rémunéré et leurs études. 46% des étudiants sont salariés pendant l’année universitaire, mais seul un sur cinq exerce une activité rémunérée très prenante. Et pourtant, 20% estiment que cela nuit à leurs résultats universitaires. C’est en effet leur temps d’études qu’ils sacrifient et non leurs loisirs.

 

Ce travail rémunéré en cours d’études est perçu de diverses manières selon les étudiants : Si près de trois étudiants sur quatre considèrent que leur activité rémunérée permet une amélioration de leur niveau de vie, plus de la moitié estime que l’activité rémunérée qu’ils exercent leur est indispensable pour vivre.

 

Le budget mensuel moyen des étudiants français est de 681 euros avec des différences importantes selon les types de logement : 415 euros pour ceux qui vivent chez leurs parents, 799 euros pour les autres. Un tiers des étudiants vivent chez leurs parents (32%), tandis que 23% sont en location seul, 11% en location en couple, 12% en colocation, 11% en résidence universitaire.

Qu’est-ce que

Priorité
à la Personne

En savoir plus