Services à la personne : pas de qualité sans prise en compte de la personne !

Entretien avec Laurent Béjard, directeur de proxim’services – Bretagne Sud : « Il n’y a pas de qualité sans prise en compte de la personne, qu’il s’agisse du salarié ou du client. »

 

Services à la personne : proxim’ services

 

Développé pour offrir aux salariés du secteur des services à la personne des emplois de qualité à l’issue d’un parcours d’insertion, le réseau proxim’ services s’attache à mettre l’humain au cœur de ses préoccupations. Les titulaires de la marque développent ainsi des partenariats privilégiés avec les acteurs de l’emploi au niveau de leurs territoires, pour apporter aux chômeurs qui souhaitent s’investir dans le secteur des services à la personne une chance d’y trouver une place.

 

En 1998, l’Association Intermédiaire AIDE Emploi Services du Pays de Redon, en Ille et Vilaine, crée ASP Bretagne Sud avec deux objectifs :

  • Gérer et développer des services aux particuliers à leur domicile.
  • Initier et favoriser des projets créateurs d’emplois de proximité.

Dès février 1999, l’association et le COORACE signent une convention d’utilisation de la marque «proxim’ services», une démarche de qualité dans le cadre de la Fédération nationale de rattachement. Parallèlement, l’association demande et obtient un agrément qualité auprès des trois départements de sa zone d’activités : Ille et Vilaine, Morbihan et Loire-Atlantique. Persuadés que la qualité du service rendu au client est indissociable de la qualité de l’emploi proposé au salarié, ils s’engagent à offrir, dans un secteur trop souvent synonyme de précarité des emplois, une autre vision des services à la personne pour le bien-être de tous.

 

Depuis plus de dix ans maintenant, les équipes de proxim’ services – Bretagne Sud interviennent chez les particuliers. « Notre personnel a acquis une expérience et suit régulièrement des formations. Nous possédons un agrément qualité et sommes référencés par de nombreuses mutuelles et organismes d’assistance », précise Laurent Béjart. Et pourtant ! La survie de la structure n’est pas assurée. « Le jour où ils suppriment la déduction fiscale de 50%, je suis mort ! », résume-t-il. « Le Plan Borloo a été une forme de démocratisation du service à la personne. Le privé en a profité. L’Etat souhaite la naissance de grosses structures à même de jouer le rôle d’interlocuteur mais celles-ci n’ont pas notre souplesse  et le lien aux personnes qu’ont nos clients avec Christelle, la secrétaire qu’ils connaissent, quand ils appellent pour demander un service ou juste une information. » La nouvelle étape à affronter est déjà en ligne de mire. Ce sera la fin des contrats aidés, véritable coup de pouce à la rentabilité de l’association et à la réussite de sa mission d’insertion professionnelle.

 

Crédit photo : jfgornet sur FlickR (licence CC)

Qu’est-ce que

Priorité
à la Personne

En savoir plus

Autres articles qui pourraient vous intéresser