Jeunes et minima sociaux dès 18 ans : plus qu’une allocation

26 avril 2016

/ /

Dans une tribune publiée le 19 avril sur Facebook, Manuel Valls a précisé les deux principes sur lesquels doit se fonder la rénovation des prestations sociales destinées aux moins de 25 ans. Le premier est celui de la simplification. Le deuxième celui de l’accompagnement.

 

L’essentiel de la hausse des dépenses sociales a bénéficié aux plus âgés ces trente dernières années. L’idée du gouvernement est aujourd’hui de permettre aux plus jeunes de bénéficier des minima sociaux dès 18 ans, et non plus à 25 ans. Une proposition que formulait déjà l’IGAS, dans son rapport public annuel 2015 consacré à la protection sociale des jeunes âgés de 16 à 29 ans, qui analysait les différentes failles de la couverture sociale de cette population, soumise à un allongement des études, un accès plus précarisé à l’emploi et, dans certains cas, des difficultés d’insertion non seulement professionnelle mais aussi sociale.

 

Garantie jeunes et minima sociaux dès 18 ans
La garantie jeunes telle que présentée par le gouvernement

 

La réforme prévue pour 2018 ne concerne toutefois que les plus précaires d’entre eux. Selon Manuel Valls, « la complexité de nos prestations sociales, fruit d’avancées sociales successives, se retourne chaque jour contre celles et ceux à qui elles sont destinées. Nombreux sont ceux qui, parce que “c’est bien trop compliqué”, parce que “c’est connoté”, ou parce qu’ils ne les connaissent même pas, renoncent à faire valoir leurs droits. » Pour le Premier ministre, « l’objectif des minima sociaux n’est pas simplement de verser une allocation, mais de donner à chacun le moyen de rebondir, de prendre un nouveau départ. »

 

Sources : Note d’analyse n° 37 de France Stratégie (Les jeunes sont-ils sacrifiés par la protection sociale ?) / Le Monde.fr, 19/04/2016

Qu’est-ce que

Priorité
à la Personne

En savoir plus