IPSE : Quelle prise en compte de la personne par les organismes mutualistes, paritaires, coopératifs ?

6 juillet 2011

/ /

C’est sur cette question, que Serge Bizouerne s’est exprimé lors du colloque de l’IPSE du 05 juillet 2011 : retour, en quelques idées clés, sur les points forts de cette intervention.

 

La prise en compte de la personne par les organismes mutualistes, paritaires et coopératifs est aujourd’hui stratégique. Notre société bouge. Elle se complexifie. Chacun de nous développe un profil bien différent, son profil, avec ses propres intérêts. Cette évolution a des répercussions fortes sur nos attentes : nous nous reconnaissons collectivement dans l’intérêt général, uniquement dans la mesure où celui-ci ne s’oppose pas à l’individualisation.

 

Finie la méthode universelle !

 

Les institutions doivent s’adapter. Finie la méthode universelle qui consistait à proposer une offre commune. Les adhérents avaient une situation professionnelle et privée beaucoup plus stable qu’aujourd’hui. Aujourd’hui, leurs attentes ne cessent de se diversifier.

 

 

Segmenter ne suffit pas !

 

Beaucoup d’organismes diversifient donc leur offre en proposant une forme de segmentation : A tel profil, telle réponse. La relation entre l’organisme et ses adhérents perd alors en solidarité. Mais elle ne répond pas pour autant à l’attente de chaque personne dans sa complexité.

 

Prendre en compte chaque situation particulière est essentiel

 

La capacité à entendre les attentes du public est essentielle. Plus les demandes et les besoins sont personnalisés, plus la situation des personnes se complexifie, en voyant apparaître une forêt de demandes singulières. Cette forêt de demandes, liée à la reconnaissance et la prise en compte de la personne dans notre société est l’objet même de l’intérêt général et des missions qui peuvent en découler.

 

C’est le rôle de médiation que pratique DOMPLUS dans cet univers complexe (zone de contact en pointillés rouge sur l’image). Ce métier d’écoute, d’accompagnement de la demande dans la durée est à la fois un rôle de traducteur et de passeur. Emmener les gens et faire en sorte qu’ils soient entendus par leurs institutions doit se faire à grande échelle. Il faut être en capacité de traiter toutes ces demandes particulières pour pouvoir renvoyer à la logique de l’intérêt général.

Qu’est-ce que

Priorité
à la Personne

En savoir plus