Inauguration de la première maison Simon de Cyrène Anjou

Le 27 avril, l’association Simon de Cyrène inaugurait sa première maison à Angers. Un lieu unique en plein cœur de la ville. Un projet humain, surtout, porté par toutes les personnes engagées dans l’aventure.

 

Les « Compagnons Simon de Cyrène » créent des habitats partagés entre personnes handicapées et personnes valides avec une vision du « vivre ensemble » qui s’appuie sur une conviction forte : L’humain et la relation sont au cœur de la vie.

 

Au 47 rue Volney, dans un des plus beaux quartiers de la ville et sur un terrain exceptionnel offert par le diocèse, les semaines de découverte ont commencé début avril dans la toute nouvelle maison. Onze personnes handicapées, postulant pour six places, commencent une nouvelle vie dans une habitation partagée avec quatre personnes valides, assistants salariés ou volontaires. Charles, l’un des candidats, se réjouissait dans un discours prononcé lors de l’inauguration: « Prenez une bonne pincée de confiance, de réciprocité fraternelle et soyez vous-même avec de bons repas partagés et conviviaux. Ainsi, vous verrez, tout vous sera révélé. Et accompagné par une équipe de choc et de solides échanges, vous serez tous ensemble indispensable à tout le bon fonctionnement communautaire de cette maison. »

 

Ici, toute l’équipe réside sur place. Pour Gabriel Frisch, responsable de Simon de Cyrène Anjou, « c’est un engagement professionnel particulier ».

 

 

Le responsable de la maison, Louis-Marie Besson, a découvert l’association par les vacances partagées. Il a postulé à l’offre même s’il ne connaissait pas le monde du handicap. Ce qu’il cherchait, c’était un endroit de vérité, où les personnes étaient juste elles-mêmes.

« On peut appeler ça « une grande colloque » ou « une vie de famille ». Avec quelques règles, forcément. Mais plein de moments de rigolade et c’est ce qui fait la force de cette maison. On va essayer, on va réussir j’espère, à créer une belle cohésion entre les six candidats et les membres de mon équipe. A redonner envie.»

 

 

Jonathan, éducateur déjà très engagé notamment avec le SAMU, vient lui aussi chercher autre chose qu’un boulot dans le social: « Le train-train quotidien, la banalité, la normalité. Juste prendre du temps ensemble ».

 

Qu’est-ce que

Priorité
à la Personne

En savoir plus

Autres articles qui pourraient vous intéresser