Expatriés mais toujours protégés en France

19 février 2016

/ /

1,3 million de Français vivent aujourd’hui hors de nos frontières. Ils relèvent, en principe, du régime de sécurité sociale du pays où ils travaillent et doivent donc cotiser à ce régime. Mais en adhérant à la Caisse des Français de l’étranger (CFE), ils peuvent continuer à bénéficier du régime de l’Assurance maladie française. Et ce n’est pas un détail pour beaucoup d’entre eux.

 

Pas de boulot, salaires trop bas, France stagnante voire assistée… Si les candidats à l’expatriation sont plus nombreux d’année en année, près des trois quart des expatriés tiennent à garder un lien avec le système de protection sociale français, selon un baromètre réalisé par Humanis en partenariat avec lepetitjournal.com. 31% des expatriés interrogés déclarent même que cela est très important.

 

skyline

 

La proportion des personnes n’ayant rien prévu pour leur protection sociale est en très nette diminution, passant de 54% en 2014 à 36% en 2015. Une personne sur cinq laisse à l’employeur le soin de monter le dossier, mais 18% ont pris tout le temps pour se préparer sur ce plan. Et si l’entreprise reste la 1ère source d’information (27%), ils se renseignent davantage avant de s’expatrier (27% ne se sont pas renseignés vs 34% en 2015).

Ce baromètre permet également de montrer que si l’attachement à la protection sociale est fort, la couverture santé n’est pas décisive sur la décision de s’expatrier : 72% d’entre eux l’excluent de leur décision. En matière de retraite, ils sont encore plus catégoriques (87% non).

 

Difficile retour

 

Dans un rapport remis au gouvernement, en juillet 2015, sur le retour au pays des Français de l’étranger, la sénatrice PS Hélène Conway-Mouret constatait qu’« il est plus difficile de rentrer que de partir », notamment au niveau professionnel.

Des efforts d’information devraient permettre aux assurés qui ont cotisé dans des pays étrangers de mieux connaître leurs droits à la retraite. Une circulaire du 10 février 2016 indique que ceux qui cotisent à la Caisse des Français de l’étranger pourront, en cas de maladie ou d’invalidité, accéder plus facilement à la retraite anticipée et percevoir une pension plus élevée.

Un service d’aide en ligne personnalisé qui indiquera aux expatriés quelles démarches ils auront à accomplir à leur retour doit aussi être mis en place. Une aide particulièrement appréciable pour les salariés en contrat local qui représenteraient 39 % des expatriés (enquête en ligne SGMAP menée entre février et mars 2015 auprès de 7 255 personnes).

 

Crédit photo : startupstockphotos.com (Licence CC0)

 

Qu’est-ce que

Priorité
à la Personne

En savoir plus

Autres articles qui pourraient vous intéresser