Les Strelitzias, un concept idyllique de résidences-services pour personnes âgées

Avoir son logement au sein d’un complexe hôtelier trois étoiles sur les bords de la côte d’Azur est quelque peu atypique. C’est ce qu’a créé Réunica, un grand groupe de protection sociale, à l’attention de ses jeunes retraités en 1975. Un modèle précurseur bien pensé.

L’idée des administrateurs de Réunica s’appuie sur un constat : L’autonomie des personnes âgées repose sur le lien social. Plutôt que de construire des établissements pour personnes dépendantes, travailler en amont sur la prévention présente de réels intérêts.  Ils décident alors de créer une structure innovante basée sur un concept multi-générationnel en  intégrant dans un même ensemble d’immeubles autour d’un logement- foyer, de l’habitat haut-de-gamme pour des familles et un espace hôtelier classique.

Les Strelitzias

Croiser des personnes en vacances ou des actifs participant à des séminaires dans la région, le tout sur une belle terrasse avec tables et transats ou dans le restaurant de l’hôtel, présente en effet quelques avantages pour motiver un retraité, tout autonome soit-il, à sortir de son salon ! C’est surtout un fabuleux moyen de maintenir une insertion active dans la société civile. Et l’échange fonctionne bien dans les deux sens. « Les résidents sont toujours prioritaires chez nous, explique Frédéric Bracq, le directeur des Strelitzias. Nous n’organisons pas, par exemple, de soirées de mariage en raison du bruit.  Mais toutes les semaines, une soirée culinaire telle qu’un barbecue permet de faciliter les relations entre les résidents et les clients hôteliers. Une fois par mois, c’est un déjeuner et un diner dansants. Et lorsque nos clients rencontrent une personne âgée qui a du plaisir à venir, cela donne une toute autre image de la vieillesse. »

Ce qui est vrai avec les clients de l’hôtel l’est aussi avec le personnel. Une fois par mois, un cocktail réunit les salariés et les résidents pour fêter les anniversaires du mois. L’occasion d’aborder toutes questions concernant la résidence dans un cadre sympathique, humain et enrichissant.

Les Strelitzias proposent également une approche très qualitative de l’habitat. L’immeuble se situe en centre-ville, ce qui facilite les sorties des résidents pour aller, par exemple, rejoindre les ateliers du CCASS. A l’intérieur, les conditions de sécurité sont intelligemment privilégiées : une infirmière et deux aides-soignantes se relaient. Des aménagements simples mais utiles limitent les risques liés à la dégénérescence sensorielle : Les couloirs sont bien éclairés et munis de main-courantes; sur les portes des appartements, les poignées d’ouverture sont allongées et la serrure est décalée et d’une couleur claire pour faciliter l’introduction des clefs ; les portes vitrées s’ouvrent latéralement ; dans les logements, toute une réflexion sur l’adaptation du lieu de vie a amené à inverser penderies et étagères ; certains meubles n’ont pas d’angle aigu ; les salles d’eau sont d’une accessibilité totale sans aucun rebord ; enfin, chaque chambre est équipée d’une box de téléassistance.

Si l’ambiance hôtelière permet d’éloigner le syndrome de la blouse blanche qui effraie tant de retraités, il ne peut toutefois pas sécuriser la vie des personnes en perte d’autonomie. L’Action Sociale de Réunica propose alors ses services et une convention a été signée avec une clinique gériatrique de Nice, propriété du parc Agirc-Arrco. Le transfert se fait dans la douceur. « Nous disposons d’une marge de manœuvre autorisée pour faire admettre tranquillement aux personnes âgées qu’elles doivent s’orienter vers une structure médicalisée lorsque le moment est venu», explique Frédéric  Bracq.

A lire également sur notre blog, d’autres sujet sur le grand âge et le logement :

 

Crédit Photo : Les strelitzias

Qu’est-ce que

Priorité
à la Personne

En savoir plus