Les jeunes et l’entreprise : un regard critique sur le manque d’innovation

7 février 2013

/ /

78 % des moins de 30 ans à l’échelle internationale considèrent que l’innovation est essentielle pour le développement de l’activité. Cependant, seuls 26 % des « Millénaires » estiment que les dirigeants déploient les efforts nécessaires pour encourager des pratiques en faveur de l’innovation.

Une enquête mondiale Deloitte sur « la génération du Millénaire et l’innovation » a été menée en ligne, fin 2012, dans seize pays auprès de 4 982 personnes âgées de moins de 30 ans, titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur et travaillant à temps complet.

Ces jeunes diplômés se partagent en parts égales pour estimer que le but premier d’une entreprise est « d’améliorer la société » (36 %) ou « de générer du profit » (35%). Les autres réponses, comme susciter l’innovation (33 %), produire des biens et services (29 %), améliorer les conditions de vie (27 %), permettre le progrès (25 %), susciter l’efficacité (25 %), échanger des biens et services (20 %) ou créer de la richesse (15 %) se répartissent à peu près également entre ces deux pôles de la mission de l’entreprise.

En revanche, une écrasante majorité (87%) estime qu’une entreprise ne doit pas être évaluée dans les seuls termes de la performance financière mais d’abord sur la satisfaction de ses employés (70 %), celle de ses clients (69 %), puis sa contribution aux communautés où elle est implantée (61 %).

Interrogés sur la meilleure stratégie permettant à une entreprise d’innover, les jeunes diplômés désignent « la coopération » avec d’autres entreprises (37 %), avec l’Etat et les organisations de la société civile (24 %) et avec les universités (20 %), bien avant « la compétition » avec les autres entreprises.

Zoom France

  • 13 % des jeunes français interrogés pensent que leur entreprise sait encourager et récompenser l’émergence de nouvelles idées et la créativité (-7 points par rapport à la moyenne mondiale).
  • 21 % seulement considèrent que le leadership existant dans leurs organisations encourage la production et le partage d’idées (-5 points par rapport à la moyenne mondiale).
  • Ils ne sont également que 13% à considérer que leur entreprise libère suffisamment de temps pour la formation et la créativité (-4 points par rapport à la moyenne mondiale).
  • 110 groupes locaux rassemblant plus de 1.100 bénévoles actifs
  • 61 salariés travaillant pour l’association

« Les jeunes français attendent des entreprises françaises qu’elles les aident à produire de l’innovation. C’est un des axes que les entreprises doivent privilégier : proposer un cadre pour se donner les moyens d’innover et attirer les jeunes talents sont intrinsèquement liés », commente Alain Pons, Président de la Direction Générale de Deloitte France.

Crédit photo : Colors Time sur FlickR (Licence  CC-BY-2.0)

Qu’est-ce que

Priorité
à la Personne

En savoir plus