Dossier : le bien-être au travail

5 juin 2013

Dossier mis à jour le : 22/01/2016

17% des coûts directs et indirects de la masse salariale sont imputables à l’absentéisme(1). 30 à 50% des arrêts longue durée le sont pour des problèmes psychologiques(1). Le manque de sérénité sur le lieu de travail est responsable de 12% de perte de productivité. (1) Et la santé – physique et encore plus psychique – fait régulièrement et dramatiquement la une des médias avec les suicides qui se multiplient sur les lieux de travail. Face à cette réalité, de plus en plus d’entreprises, d’organismes sociaux ou d’associations prennent le problème à bras-le-corps avec comme objectif de réconcilier l’homme et l’entreprise pour une valeur ajoutée qui a tout à y gagner.

La pris en compte du bien être physique est psychique des personnes au travail, un enjeu fort.
La pris en compte du bien être physique est psychique des personnes au travail, un enjeu fort. (CC-BYSA-2.0 – Life Mental Hearth / FlickR)

Dans une société qui se complexifie et un monde professionnel en constante évolution, le salarié peut se trouver désorienté. Le modèle économique de Taylor dans lequel le travailleur était un exécutant de tâches a eu son heure de gloire. Il est dépassé. Les interférences entre la vie privée et la vie professionnelle sont de plus en plus fortes. C’est donc toute la logique managériale qui doit changer en prenant en compte la personne dans sa globalité. Les compétences relationnelles deviennent un enjeu majeur, comme la prise de conscience du parallèle existant entre la gratitude de la relation client et la qualité de travail proposée aux salariés. Certaines entreprises motrices sur cette question du bien-être au travail commencent même à créer de nouveaux services à l’attention des actifs.

(1) Source : Troisième petit déjeuner débat P3S.

Qu’est-ce que

Priorité
à la Personne

En savoir plus