Baromètre DOMPLUS – LH2 2013 « Les Français et leurs préoccupations de la vie quotidienne » : des attentes concrètes sur l’implication des employeurs

Pour la troisième vague du baromètre*, l’institut LH2 a réalisé un focus sur la problématique de l’impact de la vie privée sur la vie professionnelle. Celui-ci continue de progresser, seulement 24% des actifs français se déclarant « très satisfaits » de cet équilibre fragile.

Lorsque l’on investigue plus précisément la question de l’implication des employeurs pour aider les salariés à mieux concilier vie privée et vie professionnelle en cas de situations particulières imprévues (hospitalisation, aide d’un proche dépendant, etc.), les 2/3 des actifs portent un jugement positif sur la réaction de leur employeur, dont 30% « tout à fait ». Une aide jugée par ailleurs légitime par près de 3/4 d’entre eux.

Les deux principales attentes concernent le soutien aux aidants et les aides financières. Mais sur la possibilité de mettre en place des programmes d’assistance, les attentes sont fortement concentrées sur la santé et la vie quotidienne (47% pour des problèmes de santé). La survenue d’une grave maladie – la leur ou celle de proches – a été un motif d’inefficacité professionnelle pour 47% des actifs (+4pts) et 37% d’entre eux (+4pts) ont déclaré qu’une situation de ce genre les avait conduits à s’absenter ou à prendre des jours de congés.

Les complémentaires-santé : des Français très majoritairement favorables à l’implication des entreprises et à leur généralisation

La question d’actualité sondait cette année le rôle des entreprises dans la prise en charge d’une complémentaire-santé pour leurs salariés. Au 1er janvier 2016, toutes les entreprises françaises devront en effet en assurer le financement.

Pour 82% des actifs, l’entreprise a un rôle à jouer en matière de couverture et de prévention santé de ses salariés. 80%  estiment même qu’il serait important de permettre à tous les Français, et non uniquement aux salariés, d’avoir accès à une complémentaire-santé.

Ces chiffres appuient logiquement l’opinion relativement sévère que portent les Français et les Européens sur leur système de santé. La part de renoncement aux soins pour raisons financières s’élève en effet à 33% en  France (+ 6 points) avec, sans surprise, les soins dentaires, les lunettes et les lentilles en tête des abandons.

*Les 4 et 5 octobre 2013, l’institut LH2 a interrogé par téléphone un échantillon de 964 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Plus spécifiquement, le baromètre a investigué pour la deuxième année consécutive la problématique de l’impact de la vie privée sur la vie professionnelle en réalisant un focus auprès de 562 actifs.

A lire également sur le même thème :

Qu’est-ce que

Priorité
à la Personne

En savoir plus